Inscrivez-vous pour participer à la communauté mode Trenditude.fr

IMC (Indice de Masse Corporelle)

L’interprétation standard de l’IMC chez les personnes âgées de 16 à 70 ans

Écrit avec amour par Annie le vendredi 27 janvier 2012 à 16h et des poussières.

Interprétation de l’IMC chez l’adulte

Tous les goûts sont dans la nature et si une femme peut apparaître belle et mince dans un pays, elle risque fortement d’être huée à cause de sa maigreur dans un autre endroit du globe. On en vient à se demander quel est le poids idéal voire même l’Indice de Masse Corporelle (IMC) idéal car c’est cet indice qui nous permet de savoir à quel moment commencer un régime d’urgence et faire ami-ami avec le pèse-personne.

Hormis les femmes enceintes, les seniors, les sportifs, les personnes atteintes de maladies graves et certains handicapés amputés, le calcul de l’IMC peut être interprété selon le graphe inspiré de celui mis en place dès l’invention de l’indice par le scientifique belge Adolphe Quetelet.

On commence donc par cibler deux chiffres clefs pour obtenir l’IMC : le poids qui sera divisé par la taille au carré. Après avoir obtenu son indice, on se réfère au tableau de classement de l’IMC qui fixe les fourchettes de valeurs selon 6 groupes.

Si votre indice montre une valeur inférieure à 15, considérez-vous comme une personne souffrant de famine ! On rencontre le plus souvent ce scénario chez les populations confrontées à la guerre et par conséquent à la malnutrition ou encore chez les personnes anorexiques. Il est nécessaire pour ces personnes de consulter un médecin d’urgence et de reprendre une alimentation équilibrée car avec un IMC aussi bas, les risques de maladies sont très élevés.

Entre 15 et 18,5, vous êtes classée dans la case maigreur et malgré une facilité à trouver sa taille de jeans en boutique, on vous dit de surveiller cette maigreur qui ne vous met pas à l’abri des maladies ou du moins qui peut fragiliser votre système immunitaire.

Entre 18,5 et 25, on souffle et on se réjouit car on rentre dans la case des chanceux avec une masse corporelle dite normale. Et comme les bonnes nouvelles vont de paire : avec un IMC compris dans cette fourchette de valeurs, les risques de maladies cardiovasculaires sont ramenés à une probabilité moindre dès l’instant où l’on continue d’avoir une alimentation équilibrée et que l’on évite à son corps les excès en tout genre.

Pour un IMC compris entre 25 et 30, vous êtes en surpoids comme plus de 29% de la population française. Certes, la situation n’est pas alarmante mais vous êtes tout de même à mi chemin entre la fourchette d’IMC dite normal et celle frappée d’obésité qui commence à partir de 30.

En effet entre 30 et 35, on conclut que vous êtes touchée d’obésité modérée  : comprenez par là que les risques de maladies deviennent plus élevés et qu’il est temps de consulter pour un avis médical plus poussé.

Il en est de même pour les cas d’obésités sévères entre 35 et 40 d’IMC et au-delà de 40 pour les obésités morbides ou massives dont les risques de maladies cardiovasculaires atteignent de fortes proportions.

Le cas de la France reste encore bien loin du tableau américain en termes d’obésité mais les spécialistes de la nutrition surveillent de près les cas d’obésité sévère et d’obésité morbide dont souffrent respectivement 2,2 et 0,8% de la population.

Je partage donc je suis !
© 2008 - 2019 Nutritude - Tous droits réservés

La reproduction, même partielle, des contenus des pages de ce site sans accord préalable est strictement interdite.
Les contenus de ce site sont protégés par DMCA.

Nutritude est un magazine d'information sur l'alimentation, la beauté et les soins du corps.